Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Menu

Un effort extraordinaire de la part de Gatineau, selon Marc Garneau

Inondations à Gatineau

Pascal Laplante pascal.laplante@tc.tc
Publié le 10 mai 2017

Le ministre fédéral du Transport, Marc Garneau, s’est adressé aux médias ce matin, après une visite de la zone inondée dans le secteur de la Pointe-Gatineau en compagnie de la députation régionale fédérale.

Garneau a préalablement rencontré la direction générale de Gatineau ainsi que le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

« J’ai eu la chance avec mes collègues de voir quels efforts extraordinaires ont été déployés par Gatineau. La directrice générale de la Ville nous a dressé un portrait de la situation. Ça a été un effort extraordinaire de la part des bénévoles et de la part du municipal. »

Le ministre avait aussi un message adressé à la population: « Je fais appel à la prudence, ce n’est pas fini, il y a encore beaucoup de travail à faire. On recommande de ne pas s’aventurer dans les terres inondés et ceux qui ont des drones qui n’ont pas la permission de s’en servir. C’est à la même altitude que beaucoup d’hélicoptères alors ça pose des problèmes ».

Questionné sur la solidité de certaines infrastructures, comme celle du pont des Chaudières où l’eau coule à grand débit, M. Garneau a indiqué être confiant: « C’est solide. Nous sommes là pour vérifier la sécurité et tout est correct pour le moment. »

Sur les infrastructures locales, le ministre n’a pas voulu s’avancer sur le rôle du gouvernement du Canada: « On va voir s’il y a des mesures en place et voir ce qui peut  être fait. Ce sont des analyses qu’on devra faire. »

 

La reconstruction

Le ministre Garneau a renvoyé la balle au maire de Gatineau sur ce qui peut être décidé sur la reconstruction en zone riveraine. Maxime Pedneaud-Jobin a souligné que le Service de l’urbanisme ce qui peut être fait au niveau légal.

« On regarde ce qui s’est fait à St-Jean-sur-Richelieu. Il y avait des zones où c’était interdit de construire, certaines mesures ont été faites pour permettre de reconstruire, mais on est déjà en train de regarder ça. Mais on n’est pas rendu là, il y a encore beaucoup de choses à faire.  »

« On fait des inspections constantes sur les infrastructures », rappelle M. Pedneaud-Jobin.