Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Menu

Le gouvernement du Canada présente de nouvelles mesures pour que le Canada soit mieux outillé, mieux réglementé et mieux préparé en matière de protection de ses milieux marins et de ses collectivités côtières

Communiqué de presse

Le 31 mai 2017    Victoria / Toronto / St. John’s

Le littoral canadien est à la fois une source d’inspiration et de fierté. Pour les Canadiens, même ceux qui vivent loin des côtes, les voies navigables du Canada sont essentielles à bien des emplois qui permettent aux familles de la classe moyenne de subvenir à leurs besoins et à la livraison des produits d’usage courant.

En novembre 2016, le premier ministre Justin Trudeau a lancé le Plan de protection des océans. Cette stratégie nationale met en place un système de sécurité maritime parmi les meilleurs au monde qui offre des possibilités économiques aux Canadiens, tout en protégeant nos côtes et la qualité de nos eaux pour les générations futures. Cette stratégie de 1,5 milliard de dollars est à l’origine du plus gros investissement jamais accordé pour protéger le littoral et les voies navigables du Canada.

Aujourd’hui, l’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, l’honorable Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, ainsi que l’honorable Marc Garneau, ministre des Transports, ont annoncé cinq initiatives prises dans le cadre du Plan de protection des océans.

Lors de son passage à Victoria, le ministre LeBlanc a annoncé que la Garde côtière canadienne construirait sept stations d’embarcations de sauvetage, ce qui représente un investissement de 108,1 millions de dollars sur cinq ans associé à un financement continu de 12,2 millions. La Garde côtière canadienne disposera d’une capacité de gestion des urgences et d’intervention d’urgence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans les trois centres des opérations régionales déjà en place au Canada. Elle pourra ainsi planifier et coordonner une intervention plus efficace en cas d’incident. Le ministre LeBlanc a également annoncé la création d’un fonds national quinquennal de restauration de l’habitat côtier de 75 millions de dollars. Ce programme appuiera les priorités en matière de restauration de l’habitat marin et permettra de lutter contre les menaces pesant sur les espèces marines le long des côtes et dans les voies navigables canadiennes. Des projets seront choisis et feront l’objet d’une annonce dans les semaines à venir pour que les activités de restauration puissent commencer dès cet été et le début de l’automne.

Alors qu’elle était à Toronto, la ministre McKenna a lancé l’examen de la Loi sur le pilotage, cadre législatif et réglementaire établi pour que des pilotes qualifiés soient responsables de la navigation sécuritaire des navires dans certaines eaux canadiennes. Cet examen sera dirigé par M. Marc Grégoire, ancien commissaire de la Garde côtière canadienne et ancien sous-ministre adjoint de Sécurité et sûreté à Transports Canada. Sous sa direction, l’examen sera axé notamment sur les tarifs, la prestation de services, la gouvernance et la résolution de conflits.

À St. John’s, le ministre Garneau a annoncé le lancement du Programme de bateaux abandonnés, projet national quinquennal de 6,85 millions de dollars dirigé par Transports Canada. Ce programme facilitera l’enlèvement prioritaire de petits bateaux abandonnés, renseignera les propriétaires de bateaux sur leurs responsabilités et appuiera la recherche pour accroître les options de recyclage des bateaux. Le ministre Garneau a également annoncé une autre initiative qui appuiera le mandat du ministère des Pêches et des Océans qui est d’exploiter un réseau national de ports pour petits bateaux qui est sécuritaire et accessible et qui répond aux besoins de l’industrie de la pêche commerciale. Au cours des cinq prochaines années, 1,3 million de dollars sera versé pour aider les administrations portuaires et d’autres bénéficiaires admissibles à enlever et à éliminer les bateaux abandonnés ou naufragés des ports de pêche commerciale de compétence fédérale.

Grâce à ces nouvelles mesures, le Canada sera mieux équipé, disposera d’une meilleure réglementation et sera plus en mesure de protéger ses milieux marins et ses collectivités côtières.

 

Citations

« Aujourd’hui, le gouvernement du Canada a pris des mesures visant à protéger nos océans et à assurer la sécurité des personnes pour qui ces étendues d’eau sont source de loisir ou de travail. Par l’entremise du Fonds de restauration de l’habitat côtier, nous appuierons les projets visant à restaurer certains de nos écosystèmes marins les plus importants. Nous vous informerons des projets choisis dès que nous pourrons aller de l’avant avec ces travaux importants. Nous avons également amélioré la capacité de gestion des urgences et d’intervention d’urgence de la Garde côtière canadienne pour que celle-ci soit offerte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Nous augmenterons aussi considérablement le nombre de stations d’embarcations de sauvetage de la Garde côtière dans des régions stratégiques. »

L’honorable Dominic LeBlanc
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne 

« Au Canada, le taux de réussite du pilotage maritime est de 99 %. Un tel résultat montre bien aux Canadiens que la navigation dans les eaux canadiennes est sécuritaire. Aux termes du Plan de protection des océans, l’examen de la Loi sur le pilotage vise à s’assurer que le Canada dispose d’un cadre législatif et réglementaire moderne qui inspire une telle confiance. »

L’honorable Catherine McKenna
Ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« Au Canada, les bateaux abandonnés peuvent polluer les milieux marins, nuire aux secteurs commerciaux d’une localité, comme le tourisme et la pêche, endommager l’infrastructure, entraver la navigation et menacer la santé et la sécurité des Canadiens. Par l’entremise du Plan de protection des océans, notre nouveau Programme de bateaux abandonnés permettra non seulement d’enlever les petits bateaux prioritaires, mais également de renseigner les propriétaires sur ce qu’ils peuvent faire pour mieux protéger nos côtes et nos voies navigables. »

L’honorable Marc Garneau
Ministre des Transports

Faits en bref

  • La Garde côtière canadienne installera sept stations d’embarcations de sauvetage. Quatre d’entre elles seront situées en Colombie-Britannique, dans la région de Victoria, de Hartley Bay, de Port Renfrew, et de Nootka et deux, à Terre-Neuve-et-Labrador, dans la région de Twillingate et de Bay de Verde. De plus, le centre de services de communications et de trafic maritimes à St. Anthony, à Terre-Neuve-et-Labrador, sera transformé en station d’embarcations de sauvetage.
  • La Garde côtière canadienne disposera d’une capacité d’intervention d’urgence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 aux centres des opérations régionales déjà en place à Victoria, à Montréal et à St. John’s. Ces centres, ainsi que le nouveau centre national d’intervention de la Garde côtière à Ottawa, seront dotés d’une capacité d’intervention d’urgence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ils permettront de surveiller, d’évaluer et d’exécuter les fonctions d’attribution des tâches et d’établissement de rapports axées principalement sur les actifs et la gestion de l’intervention d’urgence de la Garde côtière, y compris les incidents de pollution marine.
  • Le Fonds de restauration de l’habitat côtier appuiera la planification et la restauration d’habitats côtiers importants qui abritent certaines espèces de poissons, y compris les mammifères marins en péril. Les zones d’habitats telles que les herbiers de zostères, les estuaires ainsi que d’autres zones d’habitats le long des côtes canadiennes seront visés.
  • Le pilotage maritime est un service dans le cadre duquel les pilotes maritimes prennent le contrôle des navires pour les guider à nos ports et dans nos eaux. Au Canada, lorsqu’un navire accède à une zone de pilotage obligatoire, en vertu de la loi, il doit y avoir à bord un pilote maritime canadien pour assurer son passage dans cette zone. Plus de 99 % du pilotage maritime effectué dans les eaux canadiennes en vertu de la Loi sur le pilotage se déroule sans incident.
  • On estime qu’il y a plus de 600 bateaux abandonnés au Canada.