Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Menu

Des tests de drogue et d’alcoolémie aléatoires pour les pilotes d’avion?

Publié le 5 juin 2017 à 9 h 06

CBC.ca

Le pilote Miroslav Gronych a plaidé coupable d’avoir pris le contrôle d’un aéronef en capacités affaiblies. Photo : Ringier Axel Springer Slovakia

Pour la première fois, Transports Canada (TC) tient un sommet de la sécurité aérienne cette semaine qui mettra l’accent sur l’aide offerte aux pilotes qui ont des problèmes de santé mentale et de toxicomanie.

Il s’agit de déterminer si des règles de sécurité plus strictes sont nécessaires et si les pilotes doivent se soumettre à des tests aléatoires d’alcool et de drogue.

Cela fait suite à deux incidents impliquant des pilotes d’avion qui avaient consommé de l’alcool.

En juillet dernier, deux pilotes d’Air Transat soupçonnés d’être en état d’ébriété avant de prendre les commandes d’un avion pour un vol Glasgow-Toronto avaient été arrêtés avant leur départ.

À lire aussi :

Six mois plus tard, la veille du jour de l’An, Miroslav Gronych, un pilote de la compagnie aérienne Sunwing s’apprêtait à prendre les commandes d’un avion en état d’ivresse pour un vol en direction de Cancún, au Mexique. Il a écopé d’une peine de trois à six mois de prison. Il n’aura pas le droit de piloter un avion pendant un an après sa libération.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, entend depuis s’assurer que les compagnies aériennes disposent de mesures adéquates pour vérifier l’aptitude de leurs membres d’équipage à piloter des avions.

Il a demandé aux compagnies aériennes de fournir une confirmation que leurs protocoles et systèmes de gestion de la sécurité sont à jour.

CBC a obtenu des informations indiquant que Transports Canada envisageait de changer les règles.

« TC élabore une politique pour que le ministère agisse en temps opportun contre les pilotes qui travaillent sous l’influence d’alcool ou de drogues. Il soutient en même temps les programmes de bien-être que les compagnies aériennes ont mises en place pour ceux qui souffrent de problèmes d’abus d’alcool et drogues », peut-on lire dans un document daté du 12 janvier 2017.

Des pilotes, des syndicats et des experts en santé viennent de partout au pays et de l’étranger pour ce sommet de deux jours dans la capitale nationale pour trouver des solutions visant à améliorer la sécurité et déterminer « s’il faut des changements dans la règlementation », a confirmé Transports Canada.

La loi canadienne interdit aux pilotes d’avion de prendre les commandes d’un appareil s’ils ont consommé de l’alcool huit heures auparavant ou s’ils sont sous influence de substance.

Transports Canada prend cette loi très au sérieux, si un pilote y contrevient, il peut perdre sa licence, avoir à payer 5 000 $ d’amende et 25 000 $ pour la compagnie aérienne.

En revanche, il n’existe pour le moment aucun test d’alcoolémie et de drogue aléatoire pour les pilotes d’avion, les lois sur la protection de la vie privée, rendant sa mise en place difficile.